A Saint-Cyr-sur-Morin, on soulage les enfants et on éveille les parents

Index
« Un bon café pour démarrer, une bonne journée assurée »

« Un bon café pour démarrer, une bonne journée assurée ». L’inscription de la tasse posée sur la petite table de la halte-garderie invite à la décontraction… les genoux légèrement dans les côtes certes, mais c’est pour mieux s’asseoir à hauteur d’enfants. Ceux qui arrivent ce mardi matin ont entre 1 et 3 ans. Un léger baiser aux parents et l’équipe de Familles Rurales prend le relais avec comptine, lecture, jeux et temps calme. Quand la halte-garderie n’est pas ouverte, les écoliers sont accueillis dans les locaux après l’école.

 

Faciliter une organisation quotidienne rythmée

 

Pionnier dans l’accueil des enfants à Saint-Cyr-sur-Morin, Familles Rurales a vite compris que les parents devaient être aidés. La plupart travaillent à Paris ou en région parisienne. Le moindre grain dans une organisation bien huilée et tout se grippe. « Avec Familles Rurales, on sait que les enfants ne se retrouveront pas en carafe sur le bord du trottoir » assure Valérie Dupont. Leur gilet fluorescent endossé, les animateurs de l’association Familles Rurales assurent le trajet de l’école à l’accueil de loisirs. Une initiative heureuse pour Samantha Maupome. Cette jeune mère vient juste de s’installer à Saint-Cyr-sur-Morin et apprend à s’organiser en milieu rural. Ses enfants ne sont pas encore inscrits à l’association mais cette dernière fait une exception pour ses deux fils. « Familles Rurales  emmène mes deux garçons par sécurité à l’accueil de loisirs pour ne pas qu’ils restent à l’école. Je ne maîtrise pas toujours les horaires de car et ne suis pas toujours à l’heure ! ».

 

Accompagner les enfants et les adultes dans la société

 

Catherine Hennepeaux, directrice de l’association, et son équipe le sont. Et ce dès le début de la journée. Pour limiter la course des parents, les portes de l’accueil périscolaire ouvrent très tôt, à 6h50 ; celles du bureau de la directrice sont fermées uniquement quand ils ont besoin de parler en toute intimité. Ouverte 1 jour et demi par semaine, la halte-garderie Familles Rurales soulage certains parents autant qu’elle éveille les petits. Kelly Mala, mère de Vyn’s, 3 ans, en témoigne : « Il n’était pas gardé par ses grand-mères, il restait avec moi pendant la journée. Ici, nous avons appris à nous détacher progressivement et son langage s’est beaucoup développé ! Ça m’a aussi dégagé du temps libre ».

Les adultes aussi peuvent être en demande de « soins » particuliers. L’association répond à des besoins qui sont essentiels à un moment précis. C’est le sens des cours d’alphabétisation et de la permanence consommation, gérés par Alain Hennepaux, bénévole. Grâce à l’atelier informatique, Monique Louette reste à la page: « J’ai été comptable donc je connaissais les logiciels informatiques mais axés sur les chiffres. Pour les textes, je suis plutôt de la génération ‘machine à écrire’ ! ».

 

Transmettre le goût d’être ensemble

 

Plus largement, l’association travaille à ce que chacun se sente considéré en transmettant le gout de la culture, celui du temps passé en famille (un jardin associatif voit le jour) ou entre amis. Un agriculteur vient d’ailleurs de céder 3 000 m2 de son terrain pour que Familles Rurales mette à disposition un jardin partagé. Mais les participants viennent aussi et surtout discuter, tout comme à l’atelier couture. On y entend d’ailleurs plus les éclats de rire que les machines à coudre.

 
Haut de page
A VISITER : La maison de Pierre Mac Orlan

Son nom n’évoque peut-être pas grand-chose et pourtant... Pierre Mac Orlan a été à l’origine des chefs d’œuvre du cinéma français que sont Quai des brumes de Marcel Carné (1938) et la Bandera de Julien Duvivier (1935), moins connu du grand public. Ces deux films sont en effet des adaptations des romans du même titre de Pierre Mac Orlan, auteur reconnu notamment entre les deux guerres, admiré par André Malraux ou Louis-Ferdinand Céline.

 

Après avoir vécu des années à Montmartre, il s’installe à St-Cyr-sur-Morin. Sa maison est aujourd’hui devenue un musée. Il nous fait découvrir le quotidien de l’écrivain, grâce à un intérieur rempli de biens personnels dont certains témoignent de la venue de certains des amis tels Brassens, Brel ou encore Simenon. La maison, typique des maisons briardes, basses et peu lumineuses, fait écho à la personnalité de l’écrivain, discrète et qui est toujours resté en marge des grands courants littéraires.

 

Haut de page
L’œil de Christophe Rossignol, maire de Saint-Cyr-Sur-Morin (avant les élections municipales), 1900 habitants

« Familles Rurales contribue beaucoup au dynamisme démographique et à l’animation locale de la commune »

 

Décrivez-nous Saint-Cyr-sur-Morin

 

C’est une commune de la Vallée du petit Morin qui comprend 22 hameaux. Pour en faire le tour en voiture, il faut compter plus de 60 kilomètres ! Nous sommes entourés de grandes plaines céréalières, de prairies et d’élevages bovins. C’est une véritable zone rurale à une centaine de kilomètres de Paris. D’ailleurs on souffre de cette proximité. Les gens dorment et scolarisent leurs enfants ici mais leur « production » est à Paris.

 

Quel rôle joue Familles Rurales alors ?

 

L’association est très fédératrice. Sans Familles Rurales, on ne pourrait pas avoir autant d’habitants. Elle est très présente lors des fêtes communales, de la brocante… Les bénévoles sont dynamiques. Les services que l’association propose sont devenus des critères d’installation pour certaines familles. Même s’il y a 22 associations dans la commune, les gens connaissent tous Familles Rurales. Une très large majorité a un contact permanent avec l’équipe.

 

Qu’est-ce que vous évoque leur travail ?

 

La convivialité, le partage. Familles Rurales est là depuis 25 ans, cela dessine un paysage ! Aucun président de Familles Rurales n’a laissé la commune indifférente. A Jouarre, à quelques kilomètres, l’association Familles Rurales a disparu. Eh bien je peux vous dire que cela manque aux adhérents.

 
Haut de page
  • Zoom
    Soulager les parents, éveiller les enfants
    Soulager les parents, éveiller les enfants
Recherche par n° de département Recherche par type d’activité
Un litige ? Familles Rurales vous accompagne. Contactez-nous à l'aide du formulaire.
 
Besoin d' un conseil ? Consultez les fiches pratiques sur tous les thèmes de vie quotidienne : logement, assurance, téléphonie…

Familles Rurales publie son magazine à destination de ses familles adhérentes.

Vivre mieux 50
Numéro 50

mai - juin
2016
 
Mon email Renseignements optionnels complémentaires
Je suis adhérent
Mon département